Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MARQUES DISTRIBUEES

 

 

 

 

new logoTIEMCO

 logo Sworming Hornet

 

 

 

Recherche

14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 12:20

21/05/09: 4ème jour. Mise à l’eau 9h. Sortie 22h. Pas de vent et beau temps

 

Nous prenons donc la direction d’un bras étroit du lac où les parois sont bien plus verticales. Pour y accéder, nous devons repasser sur certains postes déjà faits les jours précédents. Qu’à cela ne tienne! Let’s go!

La matinée est très difficile. Seuls quelques baby bass viennent taper nos leurres. Ce n’est que vers 14 heures que les choses sérieuses commencent. J'ouvre le bal avec un poisson de près de 2 kg. Manqué une fois en surface, je passe quelques autres leurres durs et réussis finalement à le décider au DEATHADDER 6 Inch au falling nonchalant.

En saisissant le poisson, je m’aperçois qu’il a été piqué récemment car il lui reste une branche de triple dans la gueule. Et oui, ces bass ont une sacrée patate!

 

 

4.1

 

 

Puis c’est au tour de mon partenaire de prendre la tête du convoi. Le vent est quasi nul aujourd’hui et les poissons semblent vouloir monter en surface. Il s essaie donc au popper, qui ne tarde pas à se faire attaquer entre deux arbres immergés. Le bass sonde autant qu’il peut et nous gratifie d’une belle chandelle. Quel spectacle dans une eau cristalline! Il est bien piqué par le triple ventral et ne se décroche pas. Du lourd à la pesée. Pourvu que ça dure…

 

 

4.5

 

 

4.6

 

 

Viennent alors quelques parois assez abruptes. Je sors un DC400 et peigne parallèlement à la berge. Mon cranck heurte les blocs de roche a répétition…et strike! C’est un 2 kg bien trapu qui monte en surface.

 

 

4.7

 

 

 4.8

 

 

Olivier tente aussi en parallèle, mais au lipless. Quelques lancers et il manque de peu de perdre sa canne sur une touche hyper sèche. C’est encore dame carpe qui vient le saluer a son grand désespoir.

Quelques rushs plus tard, c’est une commune toute dorée d’environ 6 kg qu'il rend à son élément. Sacrées carpes; elles mordent à tout et à toutes les profondeurs!

Il est presque 16 heures et la faim commence à se faire sentir. Nous apercevons après quelques falaises une petite plage sur laquelle il sera possible d’accoster pour déjeuner. Un petit coup de top water s’impose avant d’aller piétiner tout ça.

 

 

4.4

 

 

Le leurre d'Olivier est à peine tombé à l'eau que le voilà attelé à un fish bien énervé!

Le poisson est piqué assez loin et saigne légèrement, mais après une longue ré-oxygénation, il repart apparemment indemne en éclaboussant Olive jusqu’au visage.

 

 

4.3

 

 

Après la pause repas, nous redémarrons sur des bordures plus douces en pêchant en surface très lentement pour laisser le temps aux bass apparemment peu actifs mais malgré tout assez curieux de monter observer nos leurres.

A force de ruse et de patience nous en piquons quelques jolis mais je décroche malheureusement un énorme fish sur une chandelle qui aurait sans aucun doute été le plus beau depuis le début du séjour.

Je fulmine de rage et me traite de tous les noms; heureusement mon collègue en bon psychologue réussit à me calmer et parvient à me faire avaler mes petites pilules roses...

Nous arrivons sur un nouveau secteur où falaises et plages se succèdent. A proximité d’un arbre couché, j'enregistre une nouvelle touche au BUZZJET JR qui me fait oublier un moment mon récent échec.

 

 

4.9

 

 

Olive ne voit rien pendant un long moment et les deux seules tapes qu'il prend au lipless ne sont pas concrétisées.

Il est bientôt 20 heures et nous arrivons dans une baie sans une ride sur l’eau. Il y a un seul arbre sur ce spot, mais de belle taille.

Nous approchons avec discrétion ce poste qui nous semble prometteur.

Je lance mon BUZZJET JR au pied de l’arbre et l’anime extrêmement lentement.

Deux gros bass sortent alors des branches et entament un balai sous le leurre. Les deux loustics sont intrigués et ont le nez collé sur le leurre, mais ne l’attaquent pas.

Olive décide alors de lancer son leurre à l’arrière de l’arbre, entre la berge et les premières branches.

Tout en faisant des pauses, son attention est plus portée sur les deux gros bass se baladant sous mon buzzjet que sur son bait.

Tout à coup, un bruit d’aspiration le fait réagir; son leurre a disparu et a laissé place à un gros bouillonnement; il ferre tardivement mais le poisson est toujours là, bien piqué et ne semble pas décidé à capituler.

Il tente de regagner son refuge mais Olive parvient à le brider suffisamment pour éviter les branches. Ouf! Ça passe de justesse.

Son 26/100e n’aurait certainement pas beaucoup apprécié… Quelques secondes plus tard, c’est un 2 kg bien costaud qu'il extirpe de l'eau. Cet arbre isolé était apparemment le poste d’un bon nombre de jolis bass.

Retour en direction de la voiture et à la sortie du bras, je prend une autre baigne au BUZZJET.

Le bass se défend vaillamment; il est vraiment superbe et ne présente aucune blessure, chose rare en cette période de post spawn. Et un 2 kg de plus au compteur!

 

 

 

4.10

 

 

 

4.11

 

 

Ce sera le dernier poisson de la journée. On aura même la chance de terminer avec un magnifique couché de soleil sur le lac. Quelle journée!

 

22/05/09: 5ème jour. Mise à l’eau 10h. Sortie 21h. Pas de vent.

 

Nous partons dans le même secteur que la veille, mais plus en amont. Rapidement, j'ai quelques touches au spinner et au cranck, mais hormis quelques petits bass et des décrochés, nous ne ferons rien d’intéressant.

En milieu de matinée, Olive décroche un beau poisson en pêchant au jig au pied d’un bloc rocheux. Le poisson semblait pourtant bien piqué, on ne voyait même pas le trailer sortir de sa gueule!

Un peu plus loin, c'est à moi de prendre une jolie tape avant de me rendre compte qu’il ne s’agit pas d’un bass, mais d’une carpe. Le poisson est un peu maigre mais a vraiment une superbe couleur.

 

 

5.1

 

 

Nous ne prenons rien pendant un long moment, Olivier tente alors sa chance au big bait et prospecte rapidement au REALISER .

 

 

9.1

 

 

Champion en distance de lancer et offrant une belle bouchée le REALISER est une sorte d'hybride de shad/cranck/big bait aux coloris ultra réalistes, permettant de prospecter longuement sans fatiguer.

Au fond d’une petite baie, le REALISER se fait serrer par un gros bass.

Ferrage instantané, le poisson monte aussitôt en surface et… se décroche! Ah, la poisse: les deux seuls jolis fish qu'il touche en quatre heures sont perdus.

Nous continuons notre ballade mais plus le temps passe, moins les poissons semblent actifs.

Ce n’est que vers 15h qu’on aura le plaisir de revoir des bass de près, aux alentours du

kilo et un peu plus, que je prends de manière éparse sans pattern défini...alors qu'Olivier malchanceux de son côté, n’aura pas la moindre touche.

 

 

5.2

 

 

Nous remontons donc en direction de la voiture en pêchant rapidement les bordures; pour ce faire, je choisis de monter un SHUDDERBAIT blanc à la nage très discrète afin de coller au mieux sur les proies locales.

Au détour d'un arbre je me fais surprendre par une touche éclair et ferre à l'arrache; le bass se décroche à sa première montée en surface....dommage.

Les journées se suivent mais ne se ressemblent pas. Peut être est-ce une coïncidence mais la température avait aujourd’hui chuté de 6°C.

On peut tout de même affirmer qu’une trop longue pratique de float tube sans faire de beaux poissons peut provoquer de graves lésions au cerveau, ainsi que de forts troubles de la vision. Les deux clichés suivants ont été réalisés sans trucage…

 

 

3.2

 

 

3.3

 

23/05/09: 6ème jour. Journée OFF.

 

Nous profitons de cette journée pour aller prospecter le second spot du séjour, et pourquoi pas, trouver le paradis espagnol du bassman. Sur les conseils d’un de mes contacts , nous tentons un lac de plus petite taille, bien plus riche en herbiers que le précédent et bénéficiant d'une topographie complètement différente .

Le plan d'eau est de style collinaire et non plus montagneux, l’eau y est extrêmement claire et certains postes sont intéressants à pêcher mais nous ne verrons malheureusement que quelques pin’s se baladant ici et là.

Il y a sûrement quelques gros black, mais la pression de pêche est telle que les bass doivent au moins avoir bac plus dix en littérature halieutique, de plus les lignes des nombreux carpistes nous dérangent fortement.

On ne sent pas très bien l’affaire et d’un commun accord, décidons de retourner sur le premier lac. Rentrés tôt à l’hôtel, nous pourrons faire une petite révision du matériel et remettre des bas de ligne neufs sur chacune de nos cannes.

 

 

24/05/09: 7ème jour. Mise à l’eau 9h. Sortie 20h.matin beau et calme puis gros vent

 

Nous attaquons cette journée en espérant ne pas avoir commis d’erreur en revenant sur le même lac.

La prospection se fera aujourd’hui sur le secteur du 3ème jour, où nous avions vu quelques beaux poissons sans parvenir à les faire mordre.

Nous sortons donc ce matin des leurres que nous n’avions pas utilisé lors de notre premier passage.

Olive accroche un minnow à son agrafe et le premier poisson qu'il touche est une carpe, venue attaquer au pied du float alors qu’il stationnait entre deux eaux. Quelle châtaigne!

 

Quelques postes plus loin et toujours au minnow, il fait un bass honorable, juste à la sortie des obstacles en bordure.

Je fais bouger pas mal de bass avec un poisson à hélice et en capture un mais de petite taille.

Les poissons sembles actifs ou du moins présents, pour sélectionner de plus gros spécimens, j'opte pour un peu de bigbaiting qui pourra peut être les décider…

Je sors un HIGHSIDER et peigne minutieusement les postes. La discrétion avec laquelle je fais tomber mon swim de 70g est importante car sur cette rive les postes sont omniprésents et la profondeur est faible; après le suivi d'un très beau bass sur ce secteur il y a quelques jours ma concentration est maximale.

Il me faut d’ailleurs peu de temps pour que le premier fish de la journée se manifeste. Apparemment, ce fat boy piqué au ras des moustaches n’ a pas apprécié le passage d’un congénère sur son poste!

 

 

7.1

 

 

7.2

 

 

L’heure avance et l’activité se fait moindre. Ce n’est que 2h plus tard que les poissons bougent à nouveau. Après avoir eu quelques touches de baby bass en surface, Olive aperçoit une masse noire sortir des bordures à toute vitesse et engloutir son leurre. Ferrage, rushs, tentatives de chandelles, et c'est dans la poche!

 

Quelques minutes plus tard, et je me fais suivre par une carpe qui semble intriguée par mon HIGHSIDER,je m'amuse à l'exciter en effectuant pause et jerking sans penser réellement qu'elle osera attaquer un aussi gros bait; grosse erreur de ma part et elle me sanctionne d'une bonne grosse touche au pied du float! Et c’est parti pour 5 minutes de combat.

Les touches de carpes sont amusantes au départ, mais quand on vient pêcher le bass, on se lasse assez vite de perdre du temps sur un autre poisson que celui convoité.

 

 

7.3

 

 

Le vent se lève rapidement …et la faim aussi. Une pause s’impose et nous avalons notre déjeuner en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.

 

Nous nous remettons à l’eau et continuons à longer la rive mais le vent nous contraint à utiliser des leurres qui tirent, ou dont la récupération est assez rapide.

Nous arrivons sur une jolie pointe présentant des buissons noyés et un haut fond bien rempli d’herbes.

Je quadrille au HIGHT PITCHER sur l’extérieur et touche un joli poisson au pied d’un buisson. Pendant ce temps, Olivier touche sur le haut fond un autre joli bass! Premier doublé du séjour, 1kg900 et 1kg300.

 

 

7.4

 

 

 7.5

 

 

 7.6

 

 

Peu après, sur une pointe, Olivier cranck à fond les gamelles et sort un nouveau poisson grâce à des contacts répétés sur les rochers.

 

 

7.7

 

 

Le vent s’intensifie et il nous faut traverser le lac pour remonter à la voiture par l’autre rive.

Et c’est parti pour plus de ¾ d’heure de palmage en se faisant ballotter par les vagues.

Arrivés sur la berge opposée, nous nous apercevons que la bordure est frappée par les vagues depuis un bon moment déjà car l’eau est très sale.

Après avoir passé différents crancks et spinners qui ne donneront rien, je tente le coup avec un DC400 color craw dont la couleur risque de bien trancher dans cette eau mâchée.

Quelques lancers et mon leurre se fait secouer par un beau poisson, qui se décroche après être monté une ou deux fois en surface.

Je continue ma prospection et touche à nouveau un joli fish à la sortie d’arbres immergés. Celui-ci arrivera à bon port.

 

 

7.8

 

 

7.9

 

 

Après une séance photos plus ou moins difficile dans les vagues, le bass est remis à l’eau, mais le vent nous a fait dériver. Nous repassons donc sur deux postes que nous venons déjà de faire.

Cela ne semble pas être un problème majeur, puisque le DC 400 continue à frapper.

C’est un 2 kg qui vient intercepter l’intrus. On prend les mêmes et on recommence: je pose avec mon bass devant l’objectif tandis qu’avec ce satané vent, Olive peine à prendre des tofs correctes.

 

 

7.10

 

 

7.11

 

 

Bref, le poisson repart, un petit coup de cranck en bordure… et bingo!

C’est reparti avec un fish du même calibre qui monte directement en surface pour sauter et se décroche malheureusement! Quatre gros poissons touchés sur moins de trente mètres de berge et en dix minutes, ça laisse rêveur!

 

 

La fin de journée approche et il nous reste une baie abritée du vent à prospecter avant d’arrêter.

Il y a beaucoup d’arbres et d’herbiers sur la première partie et des falaises sur la seconde.

Je passe à l’extérieur des obstacles et touche un bass au cranck qui se décroche de suite; décidément quelle poisse!.

Quant à Olive, lui prospecte l’intérieur, entre la berge et les arbres noyés.

Les poissons semblent être bien présents sur cette zone puisqu'il a plusieurs suivis au spinner avant d’enregistrer une touche au cœur des herbiers.

Le bass sonde d’ailleurs dans ce tas de salade et Olive doit s 'approcher pour l’en extirper. Je ferais un dernier bass au pied des falaises au DC 400.

La sortie d’aujourd’hui ne nous fait pas regretter d’être revenus sur ce plan d’eau mais me laisse un goût amer au vu du trop grand nombre de lunkers décrochés.

Pour nous récompenser, une bonne paella nous attend à l’hôtel!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

extremfisher77.over-blog.com 26/10/2010 11:21


Le "buzz jet" de chez deps un tuerie!!!


phil 21/09/2010 08:50


Buena Pesca, enhorabuena, salud.


Benji 14/09/2010 21:46


Ouch !!

C'est du très très lourd cet article, de magnifiques poissons, les photos supers réussis, bravo François !!!!


basstof 14/09/2010 12:56


encore un magnifique report !!